362 000F / TC 20′ down
Dakar Diourbel
105 000F / TC 40′ down
Dakar Zone 1
1 850 000F / TC 40′ up
Dakar Ziguinchor
442 000F / TC 40′ down
Dakar Kaolack
520 000F / TC 20′ up
Dakar Tambacounda

Première pierre pour le second terminal d’Abidjan

By Admin | Dated: 07 Oct 2020

Le port d’Abidjan a lancé la construction d’un nouveau terminal à conteneurs.

“ Côte d’Ivoire-Terminal pourra accueillir à la fin des travaux, prévue dans dix-huit mois, des navires atteignant 300 mètres de long et 15.000 EVP de capacité, ”les plus grands qui fréquentent les côtes africaines», selon le directeur du port, Hien Sié. Concédée au consortium Bolloré Ports et APM Terminal, l’installation doit coûter 600 milliards de FCFA (915 millions d’euros), dont près de 510 millions d’euros financés par l’État ivoirien. “ Notre stratégie vise à promouvoir la place de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique dans le commerce international. Nous souhaitons favoriser les échanges intra-africains, créer des écosystèmes logistiques performants, et soutenir le développement des industries de transformation locales ” a déclaré Philippe Labonne, président de Bolloré Ports, lors de la cérémonie. Le port d’Abidjan, qui est aussi la porte d’entrée pour l’approvisionnent des pays de la région dépourvus de façades maritimes (Mali, Niger et Burkina Faso), traite quelque 600.000 EVP par an. Il connait depuis 2012 une croissance de 12 % par an, dopée par les produits agricoles – cacao, banane, hévéa, coton, mangue, papaye, coprah, noix de cajou – ainsi que les grands travaux d’infrastructure réalisés en Côte d’Ivoire. Pour rappel, une joint-venture créée par le groupe français Bolloré et le danois APMT, filiale d'AP Møller-Maersk, a signé un contrat avec le chinois China Harbour Engineering Company (CHEC).  Les deux partenaires de la joint-venture se sont engagés à investir pour la création de cette nouvelle installation portuaire baptisée Côte d'Ivoire Terminal (CIT). Une fois les travaux achevés et l'outillage livré et monté, ce terminal, d'un tirant d'eau de 18 mètres, et d'un quai d'une longueur de 1.100 mètres, est prévu pour être opérationnel fin 2021.

Une capacité de 1,2 million d'EVP

Situé à proximité d'Abidjan Vridi Terminal, le futur CIT a pour vocation d'ajouter une capacité annuelle de 1,2 million d'EVP au port ivoirien pendant sa période de développement. La durée de concession de ce nouveau terminal s'élève à vingt ans. Deux décennies au terme desquelles il passera sous la gestion du Port autonome d'Abidjan, l'autorité portuaire ivoirienne. Abidjan a désormais la prétention de faire partie des principaux ports de la côte ouest africaine dans le conteneur et de jouer dans la même cour des grands que le camerounais Kribi, le togolais Lomé, et, à terme, de Lekki, au Lagos. Les dirigeants du CIT tablent sur le trafic des pays enclavés (Burkina Faso, Mali et Niger) et le volume de transbordement généré par des pays tels que la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria. Car ce terminal ivoirien pourra accueillir des porte-conteneurs de plus de 15.000 EVP. Pour Bolloré et APMT, cet investissement n'est pas le premier en Côte d'Ivoire. Les deux sociétés avaient déjà mis la main à la poche pour l'agrandissement du terminal de Vridi. Achevé en 2015, les travaux avaient permis au port ivoirien de franchir la barre du million d'EVP annuels puisqu'il est passé à cette époque de 800.000 EVP annuels à 1,45 M EVP.
L'EQUIPE SMARTCARGO
!-- ClickDesk Live Chat Service for websites -->